Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Château de Celon

Articles avec #les heures du chateau tag

JANVIER A CELON

28 Janvier 2011 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

JANVIER AU CHATEAU DE CELON

 

Non, nous n'avions pas oublier ce blog !

Mais le temps n'est pas le même pour tous. Sans aller jusqu'à chercher Albert (Einstein bien sur !) ou la science quantique, nous pouvons malgré tout tomber d'accord sur le rapport au temps qui n'est pas le même pour tous.

Par exemple, un château du XVe siècle toujours debout......

P1200504

 Photo0337

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec lui, le rapport au temps n'est pas le même. Qui vit dedans ? les traces des gens d'hier ou les rêves de ceux de demain. Je ne parle même pas du temps qu'il faut pour monter dans les tours, aller au fond du parc, tondre la pelouse ou restaurer les communs.

 

Voilà, c'était l'intro philosophique !

Maintenant, passons au sérieux. En effet, le temps mesuré par nos artisans n'est pas le même que le notre. Nous sommes impatients que tout soit fait comme on veut, ils sont pressés de faire ce qu'ils veulent. 

Ainsi depuis 3 mois, nous vous parlons des travaux de la toiture....

P2280043

 P2280048

 

 

 

 

 

 

 

 

Les désaccords des différents corps de métier, la pluie, la neige, les locations de l'hiver, Noêl, le nouvel an, les fournisseurs de zinc, tout s'est ligué contre nous....

Nous espérions donc que tout soit fini en novembre et ce rapport au temps, fait que ce n'est qu'hier que les travaux ont été fait.

Pas tous......

1

 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le toit en zinc est fini, l'isolation et la pose sont achevée. C'est beau et ça brille !

P1210515

 Photo0398

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Véronique et Philippe vont être content, plus d'inquiétude avec les fuites d'eau. Encore que !

Les fuites provenaient en effet, aussi de la cheminée. Alors notre maçon, l'a refaite...

3

 P1210512

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, il en a profité pour nettoyer le mur du corps des logis. Le crépis qui partait en morceaux a été retiré.

P1210510

 P1210513

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  C037-copie-1.jpg

 

Il reste uniquement à refaire la sortie de cheminée, en espérant que cette modification pourra avoir une incidence positive sur le tirage de la cheminée. Refaire, cela veut dire aussi boucher les fissures.

Mais d'après les maçons, il y a un temps pour tout !

Et ce n'était pas encore le temps de réparer cette partie !

 

Comme vous le voyez, le château prend son temps pour se restaurer. Votre serviteur trépigne d'impatience, mais là encore le temps de la châtelaine n'est pas le même que celui du jardinier et comme c'est elle qui tient les cordons de la bourse du temps, ou plutôt du temps de la bourse, il faut attendre encore..... Ah ! Le temps...

 

 

Lire la suite

Nouvel an à Celon

4 Janvier 2011 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

 

  Nouvel an 2011

 

 

Lire la suite

Neige à Celon

22 Décembre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

UN CHATEAU SOUS LA NEIGE

Bravant la neige et le verglas, Sylvie a parcourue les routes et les chemins pour nous ramener ces photos du château sous les flocons.
Neige 2009 - 2

Elle en a profité aussi pour rencontrer les familles qui ont loués le château pour la semaine de Noël et voir ainsi si tout se passait bien. 
  
Neige 2009Château neige 0912

L'église et le vieux gîte sont bien seuls au milieu des arbres nus et des prés recouverts de neige.
Bien sur, elle n'a pas fait 350 km que pour nous ramener ces trois photos ! Elle a participé dans la salle des fêtes à la réunion de "l'amicale des enfants de Celon", vous savez cette association qui va chercher à favoriser les activités culturelles et artistiques et mettre en valeur le patrimoine celonnais. La première action de cette association a été de soutenir Jean Jacques d'Aulnay dans la diffusion de son opuscule sur Celon.
Je ne peux que vous inciter à acheter ce livre, préfacé par René Caron le maire du village. Il vous fera découvrir une multitudes de documents sur Celon et ses habitants. Depuis l'embauche du garde champêtre en 1867 (Mr Lafôret - et oui, il porte bien son nom) jusqu'à la description des "panseux" - ceux qui utilisaient des herbes ou des pratiques magiques pour soigner -.
Bien sur il nous parle de mon sujet favori - le château - 
Numériser0001 C'est d'ailleur une photo de celui-ci qui s'expose sur la couverture. Beaucoup d'approfondissements, mais pas de révélation comme je l'aurai souhaité. Il n'a, pas plus que nous, retrouver de représentation du château dans les siècles passés. Juste des descriptions sur des documents notariés, dont une de 1748 qui décrit le château, ses douves, son pont de pierre et sa cour d'honneur. 
L'image la plus forte pour moi, restant la découverte du blason de Celon réalisé par Raoul Roger Ballet et qui s'affiche dans la salle des fêtes. J'ai hâte de le reproduire pour enrichir les décors du château.  
Blason CelonBravo pour le travail d'érudition qu'a réalisé Jean-Jacques d'Aulnay, tant pour avoir remonté l'histoire de notre demeure que pour avoir décrit la vie des celonnais au quotidien. Bien sur et c'est le fil rouge du livre, il évoque la nationale 20 qui coupait le village hier mais qui lui donnait un sens et son remplacement par l'A20, qui a rendu désertique la voie royale de Paris à Toulouse. 
Numériser0002
Entre deux polars ou deux Barbara Cartland, laissé vous tenté par cet opuscule, original et agrementé de nombreuses photos et documents.
Pour terminer ce périple, la châtelaine a voulu rentré sur Paris. Non pas, par cette ancienne voie royale, ce chemin de bitume noir et pollué, mais par le chemin de fer (1852, construction de la ligne Châteauroux - Limoges. 1990, fermeture de la gare de Celon. Merci Jean J d'Aulnay). Elle est donc partit d'Argenton/Creuse, mais l'effet papillon ayant sévit (Un manant, ivre mort, ayant percuté une barriere en ciment sur un pont passant au dessus des voies SNCF à Choisy le Roi, un morceau de ciment tomba sur les voies entrainant le déraillement d'un RER. Le trafic fut interrompu et le train d'Argenton passant par là, Sylvie fut bloquée à Orléans), ce n'est que tard dans la nuit qu'elle pu affronté la côte gelé des Bois du cerf. 
Je n'ai donc pas encore les autres photos prisent lors de cette journée mémorable. Week-end mémorable pourrait-on dire, en effet la neige sévissant, d'autres perturbations ont entraînés de braves gentil'hommes à découvrir les débits de boissons et autres estaminets de Bruxelles, plongeant ainsi certains d'entre eux dans une queste éperdue... Anglaise ! Clermontoise ! Bruxelloise ! Cruel destin pour ces quatre mousquetaires !

Je ne peux donc pour illustrer les riches heures du château que vous montrer les travaux effectué par Mr Léonard. Il a nettoyé ainsi en partie les berges de la Sonne, le long de notre futur jardin d'orient. 
IMAG0606IMAG0607



IMAG0608


Photos-0005
  
  
 Merci à lui....
  

Lire la suite

Trois heure à Celon

4 Décembre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

Trois heures à Celon
Non, ce n'est pas le titre d'un western dans la province de la Marche, au fin fond du Val d'Anglin ou du Val de Creuse, non ce n'est pas un remake de 3 h 10 à Yuma et je ne suis pas Russell Crowe (Encore que....). Non, tout simplement entre Neuwy Saint Sépulcre et Velles, j'ai réussi à glissé quelques moments au château.
Seul ?
Mais non !
Accompagné par la chatellaine qui sortait de son simulateur de vol et qui allait rentrer en stage de perfectionnement, j'ai pu ainsi parcourir un peu le parc. 
Dame Sylvie, a prit les photos que vous allez voir.....


L'allée, marquée par les pluies et les feuilles mortes, mène à ce lieu magique et retiré. Silencieux, aujourd'hui, car peu de visiteurs ou de passants.
Seules les tours, affrontent le ciel bas de ce mois de décembre. Tout le reste est immobile.    




Comme les douves dans ce matin d'hiver 



Les arbres décharnés se penchent toujours sur l'eau, mais les nuages gris en cachent les reflets.
L'avantage de l'hiver c'est que l'on voit l'architecture des arbres et la poésie de leurs branches torturées.












Là, c'est le vieux chêne, qui domine le fond du parc












Là, les tilleuls, chênes et frènes qui bordent le domaine.



Comme le château semble blanc, sous cette lumière rase.


Comme la terre semble tourmentée sous ce ciel de traîne.


Comme la luminosité est particulière en ces jours de décembre. 

Quelques minutes d'écart et tout change.






 




Comme ici, ou là.











Vieux gîte et église, en attente....
Attente de demain, ou nous pourrons enfin continuer cette longue restauration.

Nous avons vraiment envie de franchir cette deuxième étape, aménager ce qui se cache derrière cette porte en bois, pour pouvoir peut-être y passer plus de temps. En profiter aussi quand le château est loué. Venir avec plus d'amis. Se réveiller en comtenplant le parc....
3 h s'est trop peu.
Bientôt, je vous donnerai des nouvelles du livre sur le village de Celon et des réunions qui vont se tenir à cette occasion.
Bientôt,




    

Lire la suite

Vieilles images de Celon

18 Novembre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

IMAGES DU CHATEAU

L'automne est plutôt calme au château,
           les feuilles tombent toutes seules sous le vent
           La pluie ne nous attends pas pour glisser le long des douves
           Le vent glisse, sans nous, entre les poutres des charpentes
           Les carpes traînent au fond de l'eau, sans regarder si nous sommes là.

Pas de visiteurs dans ces jours de novembre. Le froid des matins, le gris des jours, le silence des nuits, habitent les heures de ces jours. Pas de nouvelles photos, pas de nouvel évênement, pas d'ouvriers oeuvrant entre nos murs. 
Alors, un peu de nostalgie.....
Je ressorts les vieilles cartes postales du début du siècle   



Une vue du château avec une ancienne toiture sur lk'extension du 19e













Une vue de l'allée des tilleuls au début du XXe siècle avec les arbres encore jeunes.













Une autre carte postale de 1910
















Là, c'est le château son agrandissement du 19e et sa toiture initiale, qui rappelle l'architecture des machicoulis des tours. Je pense que la toiture est venue après, pour protéger de la pluie.











Toujours dans les cartes anciennes, une vue du village.







Nous cherchons toujours ces images du passé chez les bouquinistes, des cartes postales comme celles-ci mais aussi des vieux livres qui parlent de la région, des vieilles cartes topographiques de l'Indre. Nos recherches sont souvent infructueuses, car peu d'auteurs ont parlé de Celon, du château ou des histoires des différents propriétaires de celui-ci. Nous devions retourner aux archives de Châteauroux, nous devions aller aux archives nationales pour approfondir ces recherches, mais pour l'instant rien de tout cela.
Le temps est au dépouillement.
Un moment de repos.
Une prise de recul avant. 
Les étapes suivantes sont plus critiques, car il ne faut pas se tromper. Nous n'avons plus les mêmes marges. 
Et puis, il faut penser écologiquement maintenant......
Ce qui n'est pas forcément dans le mental de votre serviteur. 
Comment allons nous chauffer le château et les communs dans 20 ans ? Comment pourrions nous produire notre énergie ? Comment être autonome demain ? 
Et même si je n'ai pas prévu de mettre des Vélib' en service, ni de faire une ligne de tram entre Argenton/Creuse et Celon, il faudrait bien quand même imaginer les images que nous laisserons à nos petits enfants.        

Lire la suite

L'automne au Château de Celon

31 Octobre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

L'automne au Château de Celon

Le temps change. Septembre et son soleil s'endort. L'automne est là, le froid alterne avec la soleil, la pluie s'invite parfois et les feuilles prennent des teintes rouges. 
Le parc devient silencieux et l'allée des tilleuls retrouve la nudité de l'hiver.


Les couleurs s'assombrissent et les arbres se retrouvent seuls 

Bien sur, vous me direz ! C'est normal qu'il n'y ait pas beaucoup de vies et d'agitations en ces jours là !
Tant de choses ont été faites au cours de cette dernière saison qu'il faut bien poser un instant les outils.
Encore qu'hier c'était la journée portes ouvertes au château et la presse s'est fait l'écho de cet instant :

 


Nous voyons sur cette photo, Philippe Léonard (celui qui nous a énormément aidé pour cette manifestation et qui nous aide dans l'entretien du château) et Jean Jacques d'Aulnay (l'auteur de la monographie sur Celon). Ils posent à côté de votre serviteur ..... 















La presse a même fait un article pour mettre en exergue la réussite de cette journée.
400 personnes pour parcourir les escaliers, les chambres et les salles du château.
Nous n'en attendions au maximum que la moitié....






Même le bulletin municipal de la mairie s'est félicité de cette journée....

Tout le monde s'est promis de recommençer en 2010, voir à organiser une manifestation particulière dans l'enceinte du domaine: une brocante au printemps, une journée des écrivains en juin, un concert en hiver !

Nous sommes depuis cette journée, revenus au château. Couper des arbres, élaguer des branches, parcourir en tracteur les chemins du parc pour ramasser le bois mort, c'est la quotidien du jardinier. Dame Sylvie, travaillait au chaud. Peinture, lazure, nettoyage, repas. Et puis, elle a assisté à la remise des prix de la Fondation du Patrimoine lundi 26 sur Châteuroux. Vous vous rappellez que nous avons eu pour la réfection de la toiture des communs une subvention.











A gauche l'ancienne toiture et à droite la nouvelle réalisée par Mr Nyssen un artisan de la région qui a été à cette occasion mis à l'honneur.
Encore une fois, la presse était là......

Nous avons une superbe plaque à rajouter sur les pylones de l'entrée. Sylvie, dans sa belle robe rouge, a pu ainsi jouer les ambassadrices de charme pour le devenir du domaine. Nous savons maintenant que nous pourrons avoir des aides pour la restauration de la petite maison, mais c'est les fonds de départs qui manquent. Le marquis de "la bourse plate" attend de gagner au loto pour pouvoir aller jusqu'au bout de ce rêve.
Bien sur nous avonçons un peu, mais si lentement par rapport à 2008, que c'est frustrant. Heureusement, Philippe Léonard, va nous aider pour restaurer la cheminée du second...

 
Nous avons ensemble amené les pierres,






 


 
Dans cette superbe pièce qui demain sera une salle de réunion, de formation et peut-être une chambre au fond.....
Où une salle polyvalente, avec un coin salon transformable en chambre pour 3 ou 5 personnes et caché dans des coffres les tables de la salle de réunion...







   
 





Nous attendrons de reconstituer les fonds pour mettre en oeuvre véritablement ce projet. La difficulté pour un projet de grande envergure, c'est l'accès ! Un escalier à vis ce n'est pas pratique pour monter des meubles, des tables, des lits, des armoires ou des coffres...
 


  
 









Et les fenêtres, me direz-vous !

Elles ne sont quand même pas facile d'accès...

Le château a quand même été construit comme protection pour les Seigneurs de Celon, ils recevaient dans cette pièce et dormaient dans les tours (là où aujourd'hui, nous installerons une salle de bain). 

Où alors, on fera de cette pièce de 85 m², une salle de bal....
Un bal de débutantes à Celon (Avec Mégan Fox !) 
Où alors, on fera de cette pièce de 85 m², une salle de conférence...
"De la prolifération des mitochondries dans les douves d'un château".
Où alors, on fera de cette pièce de 85 m², une salle de réunion....
Un stage de connaissance de soi pour cadres stressés.   
Comme vous le voyez nous hésitons encore... Enfin, moi pour Mégan je n'hésite pas.
 
Lire la suite

Retour sur l'ouverture du château de Celon

3 Octobre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

Un retour sur un dimanche à Celon



Plus de 400 personnes sont venus découvrir le château au cours de cette journée portes ouvertes du 27 septembre 2009. Accueillis par Sylvie, ses enfants et ses amis, ces visiteurs ont pu parcourir les pièces retaurées.


 

La chambre "Pierre de la Marche ", et les fresques de Raoul-Roger Ballet. cet artiste qui a vécu plus de 60 ans entre les murs du château et qui les a habillés de peintures extraordinaires.










La cuisine, aux formes plus modernes mais qui rappellent par sa simplicité et sa clarté l'esprit du moyen-âge tel que nous le voyons.












La grande salle avec sa cheminée et son armure, pour veiller sur les habitants.Au sol, le carrelage de la Ste Naffre qui cache le chauffage donne l'impression d'être là depuis des siècles. Pas de tuyaux, pas de fil électrique, peu de choses rappellent que nous sommes au XXI ème siècle.










Nous avions prévu 200 personnes, nous avons été dépassé par le monde. Beaucoup de bonne humeur dans l'attente, beaucoup d'émotions aussi. Certains avaient connus les précédents propriétaires - la Famille Ballet était là depuis 1935 -, mais ne savaient pas ce que nous avions fait de cet héritage. 












D'autres ne connaissaient du château que ces deux tours qui se dressaient derrière les murs du parc et qui s'endormaient dans le siècle. D'autres avaient vus tous les passages des entreprises de la région qui ont rénovés les deux étages du corps de logis. Le maçon d'Argenton qui a rendu la lumière à la pierre, le menuisier qui a su donné l'illusion de l'âge  aux fenêtres en chêne, le tailleur de pierre, le couvreur, le terrassier, sans oublier plombier et électricien, tous ces artisans que nous avons voulu de la région et qui ont jour après jour parcouru les rues du village pour aller travailler derrière les grilles. 


Merci à tous ceux là, merci aussi à ceux par qui cette journée à pu réussir.



Aussi bien celles qui abreuvaient les visiteurs que ceux et celles qui ont fait visités le château en racontant son histoire et les étapes de la restauration. 







Cette journée servait aussi d'occasion pour la création de l'association "l'amicale des enfants de Celon", à l'initiative d'un passionné, Jean-Jacques d'Aulnay qui a commis un livre sur l'histoire du village. Ce livre qui sera tiré à 200 exemplaires raconte la vie de cette voie qui traverse notre village, voie royale jadis, RN 20 hier, route un peu oubliée aujourd'hui avec la création de l'autoroute. 












Vous avez lu des extraits sur l'article précédent, nous vous en reparlerons.
Pour terminer cet article, nous ne pouvons oublier le plaisir d'avoir reçu une descendante des "de Céris" au cours de cette journée. Dans ce château bâtit, par un des ces ancètres, elle a pu échanger avec Sylvie et nous aurons je crois l'occasion de partager avec elle d'autres moments. 

Ah oui !
Vous ne m'avez pas vu !
Moi, qui vous narre depuis le premier jour les heures du château !
C'est que vous n'avez pas bien regardé !






J'étais là ..........












Où là.....







Lire la suite

Portes ouvertes au château de Celon

11 Septembre 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

                      Une journée portes ouvertes au château


Le 27 septembre, le château va ouvrir ses portes à tous les visiteurs de la région. A l'initiative de Sylvie, de la mairie de Celon et d'un écrivain passionné, le château et son parc vont pouvoir être visité par tous. 













Des articles dans les journaux de la région, des invitations aux édiles des villages alentours, des affiches pour les villageois, vont inviter tous les curieux à parcourir les murs et les salles de ce château du XVe.












Il est certain que de nombreuss personnes connaissaient déjà le château, mais c'était hier.... Quand les murs étaient encore cachés par les boiseries et le platre:














Maintenant, tout est plus clair et plus lumineux. Peut-être même un peu trop dépouillé (pour nous dans l'esprit du moyen-âge) pour certains. Ceux qui connaissaient l'intérieur risquent d'avoir quelques surprises....
Mais, me direz-vous pourquoi organiser une journée comme celle-là, maintenant.
Tout simplement parce-que bientôt paraîtra un livre sur le village de Celon. Un passionné " 
Jean Jacques d'Aulnay" a en effet écrit une monographie sur le village :
  "Celon,  Village Berrichon - de la Route Royale à l'Autoroute- A 20" et il présentera des extraits de cette oeuvre à tous ceux qui sont intéressé à partir de 17 h dans une des salles du château.


L'objectif est d'ouvrir une souscription et permettre ainsi l'édition de ces pages ....
    J’ai tenté, à ma manière, de résumer la longue histoire du village de Celon et de rassembler en quelques pages les souvenirs de ceux qui le connaissent si bien. Car c’est l'enracinement dans une terre qui facilite les rencontres entre les promeneurs, lorsque le dialogue se fait tout naturellement à propos d’un fait banal.

Dans ce livre, il parle du village de Celon et de cette route qui pendant des siècles à marqué les heures des habitants ....


Comment raconter l'histoire d'un bourg du Berry, sans risquer de plagier les captivantes descriptions de notre Poétesse de Nohant ? George Sand a parcouru tous les sentiers et les layons de toutes nos futaies. Elle a vu et applaudi tous les mariages et toutes les fêtes de nos villages. Aussi, je puiserai avec délectation quelques lignes dans l'un des nombreux livres de la romancière de la Vallée Noire « Promenades autour d'un village».


 


 


 


 ...où il n’y avait plus ce « bruit et cette fureur » qui coupaient autrefois le bourg en deux; les mille voitures ne passaient plus sur l'ancienne Grande Route Royale de Paris à l'Espagne, mais sur l’Autoroute A 20 voisine. Car la déportation du trafic routier sur l'autoroute a marqué le début d'une ère nouvelle pour les Celonnais. Et les nouvelles familles, les « horsins », s'installent sans complexe dans les vieilles maisons des générations d'hier, celles qui avaient vues passer après les chars à bœufs, les diligences, les réfugiés de la dernière guerre, puis encore les vacanciers chercheurs du soleil d'août.



Utilisant comme fil conducteur cette route, la nationale 20, qui traverse le village, il parle de l'histoire de l'église....


 

La nef de l’église a servi de lieu de sépulture à certains seigneurs résidents au château au XVIème et XVIIème siècle, dont quelques membres de la famille des Barbançois. Cette coutume est assez fréquente jusqu’à la fin du règne de Louis XV. Quelques privilégiés, et pas seulement des nobles, ont été enterrés près de la balustrade, qui a disparue  depuis.  Cette pratique fut ensuite prohibée pour des raisons d’hygiène. Un des propriétaires du château fit peindre une frise funéraire autour de la nef avec les écussons de sa famille. Cette frise, (appelée une litre *) exécutée en 1713, fut détruite lors de la restauration de la nef en 1878 et n'est plus visible.












Une représentation de l'église de Celon.











Il parle aussi du château, reprenant certains extraits d'archives que nous connaissons, mais aussi d'autres que nous ignorions.


 

(AD-Indre.F-292) «  …Un grand corps de logis, 4 petites tours, le tout se joignant, un portail, devant présentant tenant ausdit château, un pont de pierres pour y entrer, une cour renfermant de murs, du côté du levant et du Midi, dudit château et une petite boulangerie, le tout couvert de thuille, qui joint de toutes parts le fossé et fontaine desdit lieux en dépendant, à prendre ledit fossé du levant du coté de la Garenne au Midi du coté de la grande basse-cour, du couchant au coté du petit jardin et au nord du coté de la rivière la Sonne , un réservoir à mettre du poisson entre lesdits fossés et la Sonne.

Plus en bout dit pont de pierres et une petite basse- cour renfermé un mur où il y a deux grandes portes et deux écuries propres à loger les chevaux du seigneur et à coté une petite chambre pour un jardinier, le tout se joignant et touchant ensemble  qui joint au levant un petit jardin ……. Au couchant l'allée de charmilles ….Plus un colombier (*) où il y a des pigeons aussi couvert de thuilles qui joint du levant au Midi la grande basse-cour. Trois granges dans lesquelles il y a des tremailles à bœufs, à vaches, taureaux et porcs. Un poulailler au bout couvert de thuilles .Le ruisseau qui fait aller le moulin de Celon entre les deux et basse-cour, il y a deux jardins..»

 



Nous sommes donc impatient de pouvoir lire ce livre sur le village et approfondir ainsi nos connaissances de l'histoire "Celonesque".

Et toujours à l'initiative de ce passionné, une association devrait voir le jour :
"L'amicale des enfants de Celon". L'objectif de cette association serait de défendre et de développer le patrimoine culturel du village. Alors, mesdames et messieurs les visiteurs de ce blog, vous tous qui nous soutenez dans la restauration de ce domaine, n'hésitez pas à devenir membre de cette association.

Mais la première étape reste cette journée portes ouvertes ou nous souhaitons que de nombreux visiteurs viennent partage notre passion pour cette demeure. 5 guides seront là à partir de 14 h pour les accueillir et leur faire visiter, tours, machicoulis, douves poissonneuses et fresques modernes. 

 

















 




  

Lire la suite

Etre bricoleur au château

29 Août 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

Etre ou ne pas être

Nous avions le château d'Elseneur, celui où Hamlet soliloque devant son crane, maintenant nous avons le château de Celon, celui où je m'interroge sur le bricolage.... Bon ! Je vais vous expliquez !

Vous voyez cet engin : 



C'est le tracteur du château, un superbe engin de 25 CV avec sa tondeuse et sa bennette.
samedi matin, à dix heures, contact, 10 mn de fonctionnement pour que votre serviteur appivoise la bête et ensuite panne !

La courroie du ventilateur explose ....
Ca, cest la première étape.


Le tracteur étant en panne, un samedi 15 août, je décide de monter notre nouvelle débroussailleuse (Stihl MS250 - machine performante - le top ). Je suis le mode d'emploi. Je mets de l'essence 2 T, j'installe l'engin dans mon dos et je pars couper des brousailles dans le futur jardin Oriental....
10 mn de travail pour que votre serviteur apprivoise la bête et ensuite panne !
Le moteur se sépare de l'axe de transmission.....
Ca, c'est la deuxième étape.

La débroussaillese étant en panne, un samedi 15 août, je décide de monter  notre nouvelle tronconneuse (Stihl encore - machine performante - le top). Je respecte le mode d'emploi pour monter la machine, je mets de l'essence et je fais 50 m pour essayer l'engin sur une branche.
10 seconde de bruit et ensuite panne !
Le carter mal fixé, tombe, la chaîne se cache dans l'herbe, l'écrou se perd...
Ca c'est la troisième étape.


Alors !
Etre bricoleur ou ne pas être bricoleur. telle est la véritable question !


Mais vous vous doutez bien que je n'ai pas baissez les bras. Je me suis juste posé la question chère à la chatelaine "pourquoi ?". Cette question nécessitant réflexion et le temps étant à l'action, je ne me suis pas posé dans les transats :


Je ne me suis pas assis au bord des douves pour prendre un thé :











Non, j'ai sorti les gants, la pelle, et aidé par un ami courageux, j'ai travaillé sur les douves. En effet, depuis plusieurs jours, Sylvie s'inquiétait pour les carpes des douves et elle voulait que nous fassions remonter l'eau dans celles-ci. 

    

Alors, une plaque en fer, de la terre et des pierres, voilà une barrière pour fermer en partie le dévidoire.
L'eau est remontée en quelques heures








 


   

 Et le carpes frétillent à nouveau dans les douves....





Sales et crottés, le rhum nous attendait avec son citron vert, pour nous remercier.






Les jours qui suivirent furent tout aussi intense, le coupe-ronces et le gros sécateur travaillèrent de concert, le sang des griffures et la sueur (36° tous les jours) ensemensèrent le sol, les ronces et les arbustes se retrouvèrent en tas prêt à bruler, les arbres et la rivière respirèrent à nouveau.....


































Et pour finir, la courroie changée, tracteur pu à nouveau parcourir le domaine pour porté bois et outils. 
Et pour finir, la débrousailleuse réparée permis de bien terminer le nettoyage du bosquet dans le jardin oriental.
Et pour finir, la tronconneuse re cartérisé fut bien utile pour couper l'arbre mort et les branches trop basses. 
Mais ce ne fut qu'après avoir bien souffert, bien sué, bien saigné, que tout se mit à fonctionner normalement. 

Donc, vous vous dites, il en a bavé, mais c'est normal. Sylvie de son côté à peint, lazuré, nettoyé, fait à manger, donc tout va bien !
Eh bien, non !

Le sourcier est venu dimanche 16 août. Un personnage jeune et sympathique, pas le vieil ermite que je m'imaginais. Il a parcouru une partie du domaine... plantant des piquets un peu partout. Mais, en final, une mauvaise nouvelle. Les sources sont plus profondes que prévues, entre 2 et 3 m. Donc, pas de possibilité de récupérer facilement ces eaux vives pour alimenter le bassin du jardin oriental. Donc plus de bassin.......Il nous faudrait une pompe qui tourne tout le temps pour alimenter ce bassin et les débit des douves n'est pas suffisant. Alors fin du "jardin oriental" et de son beau bassin.

La semaine de travaux ayant mal commencé, elle ne pouvait que bien se finir.
Dimanche 23, Nathalie, une jeune paysagiste d'Argenton sur Creuse, ayant découvert notre blog par hasard et nous ayant proposé son aide, est venue nous voir. Elle nous a donné de nombreux conseils, communiqué une liste d'arbustes et d'arbres à planter dans le domaine et transmis des adresses pour traiter les arbres fruitiers. 

Alors pour finir en beauté, quelques images du parc après cette semaine de labeur :




  
 
  


































































Pour l'orient, nous avons malgré tout travaillé et installé dans le bosquet une tête de Bouddha....


Demain, nous lui ferons une grotte pour se cacher. Demain, nous allons nettoyer les berges de la rivière, supprimer les arbustes qui empêchent la lumière de passer, planter des azalées, enfin nous allons faire un jardin pas si oriental que ce que nous voulions, mais quand même un petit peu.

Ah ! Et vous voulez savoir si j'ai trouvé la réponse (pourquoi tous les engins mécaniques sont tombés en panne ?). Je crois.
Ne cherchez pas....
C'est un problème d'incarnation, du travail de la noosphère sur le matériel... Si vous voulez la suite de mon interprétation, j'ai prévu des stages de formation en 2010. 
Il faudra bien que nous trouvions à louer le château pendant les semaines d'automne et de printemps, l'accueil de stages de formation pourrait être une solution. Alors venez suivre un stage de formation sur Theillard de Chardin, la gestion de conflits, le cadre de référence, un stage de Tai Shi Shuan ...  Et vous dormirez dans un château du XVe.


Lire la suite

L'ETE AU CHATEAU DE CELON

9 Août 2009 , Rédigé par Bernard de la Marche Publié dans #Les heures du château

L'ETE AU CHATEAU DE CELON

2009 est une belle année pour Celon. En effet, au fil des années le manoir s'était endormi. Depuis le départ de celles qui ont données leur noms à la chambre "des jumelles", peu d'habitants dans le château. Un Capitaine Haddock bourlingueur et hanté par la dive bouteille comme son héros et un chien apathique, sympathique par ailleurs.

Nous retrouvons ce monstre sur quelques photos d'hier :


Vous reconnaissez sur cette photo, je suis sur, l'ancienne cuisine avec son arrière cuisine sombre et humide.

Peu d'habitants disais-je .... pour une demeure si vaste et un domaine si grand.





Heureusement, en 2009, nous avons commencé à changer celà !
Le bel endormi au coeur de son parc s'est reveillé de son long sommeil. Pour relativiser cette situation il faut quand même se rappeler l'histoire de ses murs. Sur la base d'un premier fief, fondé par Bernard de La Marche pour protéger rivière et étang, la famille De Céris construisit le château avec ces belles tours. Un château sur le modèle des maison-tour de cette fin du XVe, de grandes pièces uniques à chaque étage qui avaient chacun leur rôle. Au rez-de-chaussée les communs, cuisine et réserve, au premier une salle d'apparat pour rendre la justice et recevoir vassaux et serfs, au deuxième une grande pièce pour le seigneur et sa famille avec les chambres dans les tours. Une tour pour l'escalier à vis et des machicoulis pour protéger l'ensemble. 




Voici, le visage qu'avait certainement Celon au XVe siècle. 
Malheureusement ou heureusement pour nous, le château fut batit à la fin du moyen-âge et au début de la renaissance. On construisiat déjà des châteaux renaissances avec leurs grandes fenêtres et leurs décors sur les bords de la Loire alors que Celon s'érigeait.
C'est certainement ce qui explique que rapidement le château soit tombé en ruine. Les différents propriétaires, Douhaut, Barbançois, Gayaut de Vic, ne devaient utiliser ce manoir que comme hébergement pour les soldats qui protégeaient les terres alentours et surtout les étangs, sources et autres rivières.



Là encore, pas beaucoup de familles entre les murs, ribauds et vilains, soldats et paysans devaient en être les seuls visiteurs. Avec la famille de La Garde, après la révolution et le grand Napoléon, les travaux entrepris pour aménager le château transforment celui-ci. Extensions accolés au corps de logis, constructions des communs sur les ruines d'une tour et avec les pierres des autres, et enfin une famille de noble y habitant. 

Et puis, le silence. Peu de trace des successeurs, de leurs histoires et leurs aventures, uniquement des noms, Commandant Quaintenne, Mme de Lanty... C'est avec la famille Ballet qui a acheté les terres du château en 1935 et qui l'a gardé jusqu'en 2008 que nous retouvons quelques traces. Traces de présences et d'évênements, traces d'hommes, d'artistes, de femmes de caractère. Mais ces dernières années, le manoir se peuplait de chimères, d'humidité et de vent. Plus de rires, plus de chants, plus d'enfants, même le parc retournait à l'état naturel.
Rappelez-vous :






 




Aujourd'hui, grace à la folie et au courage de Dame Sylvie, le château renaît...
Propre, beau, lumineux......

     

 










Et, en plus, pleins de familles l'ont habités pendant l'été. 10 familles ou groupes d'amis, des parisiens, des toulousains, des espagnols, des corréziens, l'ont peuplés de leurs rires et de leurs vies. Merci à tous de nous avoir permis de redonner de l'énergie à cette demeure. Et pour une première année de location, nous avons quand même eu beaucoup de chance. Bien sur, les recettes de ces locations nous ferons du bien, mais elles ont servi uniquement à payer un peu les charges de l'entretien. Pour le reste des travaux la question reste posée....

Alors, cet été nous allons nous aussi mettre la main à la pate. Deux ateliers, l'un Sylvesque pour les travaux du corps du logis, peinture, nettoyage, lazure et l'autre Bernardesque pour les travaux du parc. Inscrivez-vous les courageux ! Il y a de la place pour dormir !

Bonne nouvelle, le tracteur est arrivé :












Sylvie, aidé par Mr Léonard et son fils (Une famille en or, qui nous aide pour l'entretien du château et qui accueille les locataires) a été le chercher dans le 41 :




Cet engin va nous servir pour tondre les pelouses et le parc. Il va nous servir aussi pour ramasser les pierres, les bois et autres gravats qui parsèment le domaine.





Vous vous doutez bien que je compte l'essayer ! Ne serais-ce que pour emmener débroussailleuse et tronconneuse au coeur du futur "jardin oriental". Car, c'est là que je vais sévir cet été. 
Nettoyer les haies, les bords de la rivière, couper les arbres trop vieux, élaguer les autres, couper les ronces et les taillis. Heureusement j'ai des bottes, une cotte (héritage de mon Papa), des gants et un plan........

Ce fameux plan, avec photos, mesures, dimensions, couleurs qu'il va falloir réaliser concrètement.

Remarqué, j'ai déjà supprimé le jardin de sable (trop compliqué à faire vivre quand on est pas là), déplanté un Gingko biloba (pas encore planté) pour mettre un saule pleureur, déplacé la rivière (pas encore creusée) qui sortira du bassin pour l'emmener plus loin, transplanté l'île (pas encore érigée), rectifié la place du belvédère (avec vue sur la rivière) et surtout diminué la taille du bassin pour être sur le bord accéré de deux exigences. L'une technique (la dimension des baches de bassin maximum 15 m de large) et l'autre harmonique (1,618)
Donc le bassin s'inscrira certainement dans un rectangle de 13 m sur 19,42 m.
Reste à approfondir le 16 août 2009, avec le sourcier le cheminement des sources. Restera à marquer au sol tout cela, restera à creuser, restera à poser les baches, restera à planter, restera à accrocher les carillons, restera à installer le sishi odoshi, restera à faire la grotte pour le bouddha, restera.........

Et puis, comme si je n'avais pas d'autres choses à penser, d'autres idées sont venues pour aménager le parc qui sera demain certainement une des richesse du château (avec les fresques de Raoul-Roger), c'est à dire construire des bouts de murs et les décorer de fresques (mosaïque ou terres cuites) dans l'esprit de RR.

   


     












Ou une mosaïque avec des mandala dans le jardin oriental !

Comme vous le voyez, il y a du travail. Alors, si vous êtes tenté par une semaine de travaux de jardinage ou de décoration, venez ! Le château de Celon vous attend. Le gîte est gratuit pendant la semaine pour les courageux (rhum, sucre, citron vert ou muscat à l'apéro au bord des douves). Et puis, comme cela, la châtelaine pourra parler sorosité, fraternité, écologie, physique quantique avec d'autres personnes qu'un inculte comme moi (le cantique des cantiques c'est pour moi)

Ah ! J'ai oublié de vous dire, si vous n'avez pas trouvé....... 1,618 !
C'est le nombre d'or.
Le rapport parfait entre les différentes dimensions d'un objet (pyramide d'Egypte et autres monuments sacrés). Alors pour "mon" bassin, il faut au moins çà.

 

Lire la suite
1 2 3 > >>