Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Château de Celon

L'été indien à Celon

3 Octobre 2015 , Rédigé par Bernard de la Marche

Ce début d'automne est superbe dans cette belle région du Berry. Dans ce lieu un peu loin du bruit et du tumulte; les heures passent sous le signe de la paix et du silence...

Il y a des moments ou nos yeux s'émerveillent d'un rien, un bouton de rose, un faucon qui glisse sur l'air, une goutte d'eau qui frémit au bord d'une feuille. C'est pour des instants comme ceux là que nous vivons et peu importe l'âge, l'argent, le temps ou la faim. Notre cœur s'emplit de la plénitude de l'instant.

L'été indien à Celon

J'ai la chance de pouvoir profiter de ces heures là et de travailler pour les améliorer encore. La roseraie rend heureux avec ces dizaines de roses qui fleurissent encore. Et puis ce travail de nettoyage quotidien, de rajout d'herbes ou de fumier, d'effort d'imagination sur le devenir de cette taille ou de cette branche.

Merci à celle qui permet cela et merci à l'histoire qui me permet cela.

Et puis, il y a depuis cette année, des essais de bouturage. J'avais déjà planté l'année dernières des boutures de rosiers, mais aucune n'avait poussée. Là, en août, j'ai planté une quinzaine de bouture de rosiers et le miracle a eu lieu: deux pousses grandissent. J'étais content comme un enfant à Noël, d'avoir réussi cette bouture. Je ne sais plus de quel rosier, ces boutures descendent ! Mais ce n'est pas grave, j'ai trop de plaisir pour le bouder avec des questions sérieuses.

L'été indien à Celon

On verra bien demain, si la bouture prends vraiment et supporte l'hiver. Je crois qu'il ne faut pas que je la retire trop tôt de son bac. Je vais la laisser dans la serre, enfin dans ce qui fait office de serre pour mes roses. Une armature de caravane dépouillée de ses parois et recouverte d'un rideau de bambous.

L'été indien à CelonL'été indien à Celon
L'été indien à Celon

Enhardi par cette réussite, j'ai retiré toutes les boutures qui n'ont pas prises et j'en ai planté une douzaine d'autre. Je découvre que le temps n'a pas la même signification quand on fait des plantations. Habitué à la vie de banlieue et à l'excitation du travail, j'avais perdu la notion du temps serein. Je plante et peut-être que dans 2 mois, j'aurai une pousse, qui peut être dans 8 mois fera une ébauche de rosier, mais cela dépendra de la rigueur de l'hiver ou des pluies d'automne ou des vents du printemps.

L'été indien à Celon

Et pour clôturer cette semaine bucolique, une photo de la métairie du château.

Lire la suite